Le risque majeur ?

Le risque majeur est le risque d'un évènement d'une gravité très élevée mais d'une probabilité d'occurence très faible. Il résulte de la confrontation d'un aléa avec un ou plusieurs enjeu(x).  

   
Aléa : Événement potentiellement dangereux Enjeu : Intérêts menacés par l’aléa (humains, économiques, environnementaux, patrimoniaux)

 

 

Aléa violent + Enjeux importants

= Risque Majeur

L'accident provoque une situation de crise telle que "la société se trouve dépassée par l'immensité du désastre" (Haroun Tazieff). L'organisation des secours demande alors la mise en place de moyens exceptionnels.

Le risque majeur appartient au domaine du risque collectif et correspond à un accident avec de nombreuses victimes et/ou des dommages importants pour les biens et/ou pour l'environnement (ex : en 2001, explosion d'AZF à Toulouse, inondations dans la Somme...).

Le risque majeur n'intègre pas les risques domestiques, les accidents de la route, les pollutions chroniques, les risques alimentaires, l'insécurité urbaine... 

Il existe deux catégories de risques majeurs : 

 

Les risques naturels

Inondation
Avalanche
Feu de forêt
Mouvement de terrain
Séisme
Eruption volcanique
Tsunami (raz-de-marée)
Sécheresse
Tempête/cyclone

Les risques technologiques

Industries
Rupture de barrage
Nucléaire
Transport de matières dangereuses (TMD)

 


L'INFORMATION ET LA PREVENTION DES RISQUES MAJEURS

Loi du 22 juillet 1987 relative à l'organisation de la sécurité civile et à la prévention des risques majeurs (reprise dans l'article L. 125-2 du Code de l'environnement) :"Les citoyens ont un droit à l'information sur les risques majeurs auxquels ils sont soumis dans certaines zones du territoire et sur les mesures de sauvegarde qui les concernent. Ce droit s'applique aux risques technologiques et aux risques naturels prévisible.".

L'Etat est tenu d'informer la population sur les risques majeurs auxquels elle peut être soumise. Des documents d'information sont élaborés conjointement par les services des préfectures et des mairies : Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM), Document Communal Synthétique (DCS) et Dossier d'Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM).

L'aménagement du territoire peut aussi être réglementé en fonction des risques identifiés sur la commune. Des Plans de Prévention des Risques (PPR) cartographient les zones à risque et prévoient les mesures de prévention à mettre en oeuvre. Il existe des plans de prévention des risques naturels et plus récemment des plans de prévention des risques technologiques ; Ces servitudes, de même que celles résultant des Projets d'Intérêt Genéral (PIG) et des périmètres de danger autour des sites industriels à risque doivent être prises en compte dans le Plan Local d'Urbanisme (PLU). L'ensemble de ces documents officiels est consultable en mairie.

Loi de modernisation de la sécurité civile du 13 août 2004 : elle définit une organisation clarifiée de la sécurité civile. C'est une démarche globale de protection des populations qui intégre la prévention des risques, l’organisation des secours jusqu’au retour à la vie normale après la catastrophe.

Pour chaque citoyen, une culture de sécurité civile doit être diffusée, par la généralisation, dès l’école, puis au collège et lors des journées d’appel de préparation à la défense, de l’apprentissage des gestes élémentaires de premiers secours accompagné d’une sensibilisation à la prévention des risques de la vie courante.



  
LE CONCEPT DE MITIGATION

D'origine latine ce terme signifie : "atténuation". En matière de risques majeurs naturels il s'agit donc d'atténuer les dommages sur les enjeux pour les rendre plus supportables par la société.
Pour cela il est nécessaire de développer une politique de prévention qui vise à réduire d'une part la vulnérabilité des enjeux et d'autre part l'intensité de certains aléas tels que les inondations, les avalanches, aléas liés à des phénomènes climatiques et géologiques.

La mitigation des risques naturels est une composante du développement durable qui intégre l'environement, l'économique et le social en prévision de phénomènes qui auront lieu demain.

Elle implique :
- la définition de règles et de contrôles de maîtrise d'ouvrage
- le développement de savoirs adaptés aux besoins locaux (construction parasismique...)
- l'institution d'aides et de financements (à l'instar de ceux qui existent en matière de valorisation du patrimoine)
- l'information de tous les publics de l'intérêt de cette approche alternative
La mitigation est une véritable stratégie de développement durable.



  ALERTE ET CONDUITES A TENIR EN CAS D'ACCIDENT MAJEUR

L'alerte des populations :

L'alerte des populations informe les citoyens d'un danger imminent afin que chacun adopte, selon la nature de l'aléa, les mesures de sauvegarde adaptées (mise à l'abri, confinement ou évacuation).

Le Signal National d'Alerte ordonne le confinement. Il est diffusé par le réseau de sirènes de la protection civile. Un essai a lieu à midi le 1er mercredi de chaque mois par des sirènes installées sur les sites stratègiques, voire à l'aide de véhicules équipés de haut-parleurs.

En cas de risque de rupture de barrage, l'ordre d'évacuation est donné par un signal spécifique intermittent  "corne de brume". Il se compose de signaux sonores de 2 secondes, séparés par des intervalles de 3 secondes et dure au minimum 2 minutes.

 
   

Ces signaux peuvent être écoutés et téléchargés ici. 

Les conduites à tenir :

Voir la plaquette d'information sur les gestes à faire en cas de risques majeurs.

  Retour à la page d'accueil